Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/365

Cette page a été validée par deux contributeurs.



COMMENT UN DIABLOTIN RACHETA
UN MORCEAU DE PAIN


Un pauvre paysan était parti de chez lui pour labourer, sans avoir déjeuné ; mais il avait pris à la maison et emporté un morceau de pain. Le paysan retourna la charrue, et déposa sous un buisson le morceau de pain qu’il couvrit de son cafetan. Le cheval se fatigua et le paysan eut faim. Il enfonça dans la terre le soc de la charrue, détela le cheval, qu’il laissa brouter en liberté, et lui-même s’approcha de son cafetan, pour déjeuner. Le paysan soulève son cafetan : pas de pain. Il cherche, cherche, tourne et retourne le cafetan, le secoue : pas de pain. Le paysan s’étonna : « Comme c’est bizarre », pensa-t-il, « je n’ai vu personne, et quelqu’un a emporté mon pain. »

C’était un diablotin qui avait volé le pain pendant que le paysan labourait. Il s’était assis der-