Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I

DIEU ET LE DIABLE


Au vieux temps jadis, il existait un bon maître. Il possédait beaucoup de biens ; il avait à son service beaucoup de serfs. Et les serfs louaient leur maître. Ils disaient : « Il n’y a pas sous le ciel de meilleur maître que le nôtre. Il nous donne à manger, nous fournit de bons vêtements et nous fait travailler raisonnablement. Jamais d’injures, jamais de rancune ; il ne ressemble en rien aux autres maîtres qui traitent leurs serfs pis que le bétail, les punissent à tout propos, et n’ont jamais une bonne parole à leur dire. Le nôtre nous veut du bien, il nous traite avec douceur et nous parle avec bonté. Nous ne pourrions trouver mieux. »

C’est ainsi que les serfs vantaient leur maître. Mais le diable était furieux de les voir vivre en