Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

Les vieillards marchèrent cinq semaines. Les lapti dont ils s’étaient munis étaient usés. Ils durent en acheter d’autres. Ils arrivèrent en Ukraine. Depuis leur départ ils payaient leur gîte et leur nourriture. Une fois en Ukraine, ce fut à qui les inviterait le premier. On les logeait et les nourrissait sans vouloir accepter leur argent ; on remplissait leurs sacs de pain ou de galettes. Ils firent ainsi sept cents verstes.

Après avoir traversé une autre province, ils arrivèrent dans un pays où régnait la disette. Là, on les couchait encore pour rien, mais on ne leur offrait plus à manger. On ne leur donnait même pas un morceau de pain partout ; il leur arrivait de n’en pouvoir trouver même pour de l’argent. On leur disait que l’année d’avant rien n’avait poussé, que ceux qui étaient riches s’étaient ruinés, avaient tout vendu ; que ceux qui avaient juste de quoi