Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Vronskï et Anna voyageaient ensemble, en Europe, depuis déjà trois mois. Ils avaient visité Venise, Rome, Naples et venaient d’arriver dans une petite ville italienne où ils comptaient séjourner quelque temps.

Un important maître d’hôtel, dont les cheveux épais et bien pommadés étaient séparés par une raie qui partait de la nuque, vêtu d’un habit ouvert sur un large plastron blanc, et portant de nombreuses breloques se balançant sur un abdomen arrondi, les mains dans les poches, répondait négligemment, en clignant les yeux avec mépris, aux questions que lui adressait un monsieur.

Des pas qu’il entendit de l’autre côté du perron firent retourner le maître d’hôtel, et il aperçut le comte russe, qui occupait le plus bel appartement de l’hôtel. Aussitôt il retira respectueusement ses