Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/457

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du capitaine de la garde impériale Mikhaïl Stépanovitch Snetkov.

Les maréchaux de districts allèrent avec des assiettes contenant les boules de leurs stalles de district à la grande table de la province et les élections commencèrent.

— À droite, chuchota Stépan Arkadiévitch à Lévine quand celui-ci avec son frère s’approcha de la table.

Mais Lévine avait oublié tous les calculs qu’on lui avait expliqués et il craignait une erreur de la part de Stépan Arkadiévitch ; Snetkov était un adversaire. En s’approchant de l’urne, il tenait la boule de la main droite, mais une fois devant l’urne, craignant de se tromper, il la passa dans la main gauche et la mit à gauche. Les habitués des scrutins qui se trouvaient près de l’urne, rien qu’au mouvement du coude comprirent de quel côté la boule était déposée, et ils froncèrent les sourcils, l’air fâché.

Le silence s’établit et on entendit compter les boules. Ensuite une voix prononça le nombre des boules noires et des boules blanches.

Le vieux maréchal avait une très forte majorité.

Des clameurs s’élevèrent ; on se précipita vers la porte. Snetkov entra ; les gentilshommes l’entourèrent et le félicitèrent.

— Maintenant, c’est fini ? demanda Lévine à Serge Ivanovitch.