Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


résolue à lui cacher quelque chose. Il redoutait cela, mais il tenait tellement à éviter une scène qu’il feignit de croire à la sincérité de cette apparence de raison.

— J’espère que tu ne t’ennuieras pas ? dit-il.

— Je l’espère, répondit Anna. J’ai reçu hier de Gauthier, une caisse de livres. Non je ne m’ennuierai pas.

« C’est un nouveau ton qu’elle veut adopter, tant mieux », pensa-t-il.

Il partit donc sans autre explication. C’était la première fois, depuis que durait leur liaison, qu’ils se séparaient sans s’être franchement expliqués. D’un côté il en était fâché, d’un autre il trouvait que cela valait mieux.

« Tout d’abord, il y aura en elle, comme maintenant, quelques pensées vagues et cachées ; ensuite elle s’habituera… En tout cas, je puis lui donner tout, sauf mon indépendance », pensa-t-il.