Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/369

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La chambre qui lui fut offerte avec des excuses, parce que ce n’était pas la chambre d’honneur, avait un ameublement luxueux, qui rappela à Dolly les hôtels les plus somptueux de l’étranger.

— Combien je suis heureuse de te voir ici, ma chérie ! dit Anna s’asseyant pour un moment, en amazone, près de Dolly. Parle-moi des tiens. J’ai vu Stiva très peu de temps, mais il ne sait rien raconter des enfants. Que fait ma préférée Tania ? Elle doit être déjà grande ?

— Oui, très grande, répondit brièvement Dolly étonnée de parler si froidement de ses enfants. Nous passons un très bon été chez les Lévine, ajouta-t-elle.

— Si j’avais su que tu ne me méprisais pas… Vous auriez pu venir tous chez nous… Stiva est un grand et vieil ami d’Alexis, ajouta-t-elle rougissant soudain.

— Oui, mais nous sommes si bien là-bas, répondit Dolly confuse.

— Mais la joie me fait déraisonner… Je suis si heureuse ! dit Anna en l’embrassant de nouveau. Tu ne m’as pas encore dit ce que tu penses de moi, et moi je veux tout savoir, et suis heureuse que tu me voies telle que je suis. Surtout je ne voudrais pas qu’on pût penser que je veux prouver quelque chose. Je ne veux rien prouver ; tout simplement je désire vivre sans faire de mal à personne qu’à