Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/365

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Cela me fait bien plaisir ! J’en suis bien heureuse pour toi, dit Dolly en souriant, mais plus froidement qu’elle ne l’aurait voulu. Pourquoi ne m’as-tu pas écrit ?

— Pourquoi ?… Je n’ai pas osé…

— À moi ?… pas osé à moi ?… Si tu savais comme je… je considère…

Dolly voulait lui parler de ses réflexions pendant le voyage lorsque l’idée lui vint que le moment était mal choisi…

— D’ailleurs nous en causerons plus tard. Qu’est-ce que c’est que ce groupe de bâtiments ? demanda-t-elle pour changer de conversation, désignant les toits rouges et verts apparus au travers de la verdure des haies vives, des acacias et des lilas. On dirait une petite ville.

Anna ne lui répondit pas.

— Non, non ! Dis-moi ce que tu penses de ma situation, ce que tu penses de moi.

— Je pense… commença Daria Alexandrovna. Mais à ce moment Vassenka Veslovski qui faisait galoper le cheval du pied droit passa devant elles.

— Il marche, Anna Arkadievna ! cria-t-il.

Anna ne le regarda même pas, mais comme il ne semblait pas commode à Dolly d’entamer cette longue conversation dans la voiture, elle éluda ainsi la question :

— Je ne pense rien. Je t’aime et t’ai toujours aimée. Et lorsqu’on aime ainsi une personne, on