Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/364

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVIII

Anna, en regardant le visage de Dolly amaigri, fatigué, sur lequel la poussière dessinait les rides, fut sur le point de lui dire qu’elle la trouvait amaigrie, mais elle se rappela, qu’elle-même avait embelli, le regard de Dolly le lui disait, et, soupirant elle se mit à parler d’elle-même.

— Tu m’examines, dit-elle, tu te demandes si dans ma situation je puis être heureuse ? Eh bien, c’est honteux de l’avouer, mais je… je suis impardonnablement heureuse. Ce qui s’est passé en moi tient de l’enchantement, c’est comme le réveil d’un cauchemar terrible, angoissant, quand on sent enfin que toutes les terreurs étaient vaines… Je me suis éveillée, les heures d’angoisse, de tourment sont déjà dans le passé et maintenant je suis si heureuse surtout depuis que nous sommes ici ! et elle regarda Dolly avec un sourire craintif.