Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trop courte. Enfin, on se décida à envoyer chez les Stcherbatzkï, où il fallut ouvrir les malles.

Tandis qu’on attendait le marié, à l’église, lui, comme une bête en cage, arpentait sa chambre, regardant à tout moment dans le couloir et songeant avec effroi et désespoir à ce qu’il avait dit à Kitty et à ce qu’elle pouvait s’imaginer.

Enfin le coupable Kouzma accourut tout essoufflé, apportant une chemise.

— Je suis arrivé juste à temps, dit-il ; on emportait les malles à la gare.

Trois minutes après, Lévine se précipitait dans le couloir sans regarder l’heure pour ne pas s’irriter davantage.

— Tu n’y changeras rien, lui disait Stepan Arkadiévitch qui le suivait en souriant, quand je te dis que tout s’arrangera…