Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXV

Quand Alexis Alexandrovitch entra dans le boudoir de la comtesse Lydie Ivanovna, décoré de portraits et de porcelaines anciennes, il n’y trouva pas la maîtresse de la maison. Elle changeait de toilette.

La table ronde était recouverte d’une serviette et un service à thé chinois y était posé près d’une bouilloire à esprit-de-vin en argent.

Alexis Alexandrovitch examina distraitement les nombreux portraits qu’il connaissait, qui ornaient la chambre, puis s’assit près de la table et y prit un évangile. Le frôlement de la robe de soie de la comtesse vint le distraire.

— Eh bien, nous allons nous asseoir et causer tranquillement en prenant le thé, dit la comtesse Lydie Ivanovna avec un sourire ému, se glissant entre la table et le divan.