Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/490

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le dessin

Quand, il y a neuf mois, j’ai commencé à enseigner le dessin, je n’avais pas encore de plan déterminé ni sur l’ordre à adopter pour l’enseignement, ni sur la direction à donner aux élèves. Je n’avais ni dessins ni modèles, sauf quelques albums illustrés dont je ne me suis pas même servi, me bornant aux quelques accessoires qu’on peut avoir dans chaque école de village : le tableau noir, la craie, les ardoises et de petites baguettes de bois, carrées, de diverses longueurs employées pour la géométrie. Ce fut tout notre matériel, ce qui ne nous empêcha pas de copier tout ce que nous avions sous la main. Aucun élève n’avait appris auparavant à dessiner. Ils m’apportaient seulement leur capacité de jugement, à quoi je laissais l’entière liberté de s’exprimer n’importe comment et quand ils voulaient, et d’après quoi je voulais me rendre compte de leurs exigences. Après cela, c’était à moi de me tracer un