Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/276

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quant à ces groupes la même mesure que nous avons appliquée à l’activité de l’élève, nous trouvons :

1o L’activité dont le but est de préparer des hommes utiles pour soi, comme le faisaient les anciens seigneurs et comme le font les gouvernements, ne cesse pas dès que le but est atteint, alors cette activité n’est pas son but final. Le gouvernement et les seigneurs peuvent encore prolonger leur activité enseignante. Très souvent même l’atteinte du but, de l’utilité n’a rien de commun avec l’instruction, de sorte que je ne puis pas reconnaître l’utilité comme la mesure de l’activité du maître ;

2o Si l’on reconnaît, à la base de l’activité d’un professeur de lycée ou d’un gouverneur, l’obéissance à celui qui lui a confié l’instruction et les avantages matériels qu’il acquiert par cette activité, je vois de nouveau qu’avec l’acquisition du plus grand nombre d’avantages matériels, l’activité de l’instruction ne cesse pas. Au contraire, je vois que l’augmentation des avantages matériels payés pour l’instruction est souvent tout à fait indépendante du degré de l’instruction donnée ;

3o Si l’on admet que c’est l’amour-propre et le désir de montrer ses connaissances qui peuvent servir de but à l’instruction, alors je vois de nouveau que l’atteinte des plus grandes louanges pour son cours ou pour son livre ne fait pas cesser l’activité du professeur, car les louanges au maître peuvent être indépendantes du degré de science