Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.


être justifiée par la raison et ainsi ne peut être l’objet de la pédagogie.

3o L’éducation, comme phénomène, prend ses origines : a) dans la famille, b) dans la religion, c) dans le gouvernement, d) dans la société.

4o Les bases familiales, religieuses et gouvernementales de l’éducation sont naturelles, elles ont pour elles la justification de la nécessité, mais l’éducation sociale n’a pas d’autre base que l’orgueil de la raison humaine, et c’est pourquoi elle donne les résultats les plus nuisibles : telles sont les universités et l’éducation universitaire.

C’est seulement maintenant, après avoir un peu expliqué notre opinion sur la culture et l’éducation et après avoir défini les limites de l’une et de l’autre, que nous pouvons répondre aux questions posées par M. Glebov dans la revue L’Éducation (1862. No 5), questions qui se présentent naturellement dès qu’on étudie sérieusement l’œuvre de l’éducation.

1o Que doit être l’école si elle ne doit s’immiscer dans l’œuvre de l’éducation ?

2o Que signifie la non-immixtion de l’école dans l’éducation ?

3o Est-il possible de séparer l’éducation de l’école, surtout de l’école primaire, quand l’élément éducateur s’introduit dans les jeunes esprits, même dans les écoles supérieures ?

(Nous avons déjà expliqué que l’organisation