Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voici comment, en réalité, sera appliqué le projet :

Par l’intermédiaire de la police ou par la chancellerie du village on fera savoir aux paysans qu’en tel délai il faut fournir 27 k. 5 par tête. On leur dira que cet argent est recueilli pour l’école. Ensuite on ouvrira encore une quête pour la construction de l’école. Si l’on dit aux paysans que chacun peut donner ce qu’il veut, les paysans ne donneront que trois kopeks par tête, c’est pourquoi l’on sera forcé de fixer le montant de l’impôt. Naturellement les paysans n’y comprendront rien et n’y croiront pas. La majorité décidera que c’est un ukase qui vient d’arriver du tzar pour augmenter les impôts et rien de plus. On ramassera l’argent à grand peine, par des menaces et par la force. La police déclarera que l’école doit être bâtie en tel et tel endroit et que la commune elle-même doit élire ceux qui dirigeront la construction. Et, naturellement, les paysans verront en cela un nouvel impôt, et ce n’est que par contrainte qu’ils rempliront ce qui leur sera ordonné. Quel bâtiment construire, de quelle architecture ? Ils n’en sauront rien et exécuteront seulement l’ordre des autorités.

On leur dira qu’ils peuvent élire le curateur ; à cela ils ne comprendront rien, non qu’ils soient sots et ignorants, mais parce qu’il ne leur viendra pas en tête qu’eux-mêmes n’ont pas le droit de suivre les études de leurs enfants et qu’ils doivent, pour cela, choisir une personne quelconque, et qui,