Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


telle chose, et vous n’avez pas le droit d’exiger de moi ce que je n’ai pas promis. » Mais ouvrir une école et promettre que je n’enseignerai pas telle et telle chose, c’est irraisonnable et absolument impossible. Et le projet propose un programme aussi négatif, pour toute la Russie et pour toutes les écoles primaires publiques. Dans les écoles supérieures, je crois possible qu’un professeur s’en tienne à un certain programme. En faisant un cours de droit romain civil, le professeur peut s’engager à ne pas parler de chimie ou de zoologie. Mais à l’école primaire, l’histoire naturelle, l’arithmétique, et toutes les sciences se fondent ensemble, et des questions ayant trait à ces diverses sciences se posent à chaque moment.

La différence la plus essentielle entre l’école supérieure et l’école primaire, c’est le degré de division des objets d’enseignement. Dans l’école primaire, il n’y a point de pareille division : tous les sujets sont unis, et c’est seulement au delà de celle-ci que, peu à peu, commence l’embranchement.

Examinons les paragraphes 2 et 3 du programme. Qu’est-ce que c’est que la langue maternelle ? Ce sujet inclut-il la syntaxe et l’étymologie ? Il y a des maîtres qui considèrent l’une et l’autre comme le meilleur moyen d’apprendre une langue. Que signifie : la lecture des livres et la lecture expliquée ? Celui qui a appris par cœur l’alphabet sait lire, et celui qui lit et comprend « Le Journal de Moscou »