Page:Thackeray - Le Livre des snobs.djvu/24

Cette page n’a pas encore été corrigée


tout les gros morceaux et les bonnes aubaines dans les faveurs et les petits trafics du gouvernement. Nous ne pouvons créer pairs tous vos chers enfants, cela rendrait la Pairie trop commune et encombrerait d’une manière incommode la Chambre des Lords ; mais vos cadets, du moins, auront tout ce qu’un gouvernement peut offrir. Ils feront rafle de toutes les places. Ils auront à dix-neuf ans des brevets de capitaine ou de lieutenant-colonel, tandis que de pauvres lieutenants auront blanchi sous le harnais pendant trente ans de leur vie à diriger l’exercice. On leur donnera à commander des vaisseaux à l’âge de vingt et un ans ; ils auront sous leurs ordres des vétérans qui auront été au feu alors qu’ils n’étaient pas même au monde. Et, comme de plus nous sommes un peuple éminemment libéral, et que nous prétendons encourager chacun à faire son devoir, nous dirons à tout homme de toute condition : « Devenez colossalement riche, gagnez en qualité de légiste de gros honoraires, prononcez de longs discours, distinguez-vous, remportez des batailles, et alors rien ne s’opposera à ce que vous entriez en personne , en personne, entendez-vous ? dans la classe privilégiée, et vos enfants tout naturellement exerceront sur les nôtres la souveraine puissance. »

Comment empêcher la Snobocratie, avec des institutions nationales qui semblent n’avoir été faites que pour sa glorification ? Comment empêcher toutes ces échines de se courber devant les lords ? C’est la boue dont nous sommes faits qui le veut ainsi. Où est l’homme capable de résister à cette violente tentation ? Entraînés par ce qu’on appelle une noble émulation, quelques-uns s’élancent dans la lice et s’engagent dans cette course furieuse aux honneurs, et les voilà enfin qui ont mis la main dessus ; d’autres, trop faibles ou trop petits pour la lutte, se contentent d’une admiration aveugle et d’une prosternation complète devant les vainqueurs ; d’autres enfin, incapables de jamais rien conquérir, s’abandonnent à tous les excès de la haine, de l’outrage et de la jalousie. Çà et là, on aperçoit seulement quelques rares philosophes qui restent im-