Page:Thackeray - Le Livre des snobs.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


yacht royal, et trouvant un verre dans lequel Gorgius venait de boire, le mit dans la poche de son habit, comme il eût fait de la plus précieuse relique ; après quoi il retourna dans son embarcation. Mais, hélas ! le baron, s’étant assis sur le verre, le cassa, ce qui causa un notable dommage aux basques de son habit. Ô féal Bradwardine ! il fallait qu’elle fût bien profondément enracinée dans votre esprit, la superstition du passé, pour vous réduire à cette prosternation devant une pareille idole !

Et si maintenant il vous prend fantaisie de philosopher sur l’instabilité des choses humaines, allez voir l’image de Gorgius dans son costume véritable et authentique à la galerie des figures de cire. Entrée : un schelling ; les enfants et la valetaille ne payent que demi-place. Allez, vous ne payerez que demi-place.






CHAPITRE III.


Des influences aristocratiques sur le Snob.


Dimanche de l’autre semaine, me trouvant dans une église de la Cité, à l’issue de l’office, je saisis ces mots échangés entre deux Snobs au sujet du ministre de la chapelle :

« Quel est ce prêtre ? demandait le premier.

— C’est M. Trois étoiles, répondit l’autre Snob, le chapelain particulier du comte de Comme il vous plaira.

— Ah ! vraiment ! » reprit le premier Snob avec une expression indéfinissable de satisfaction.

Dès lors il n’y eut plus de doute dans l’esprit de ce Snob sur l’orthodoxie et la personne de ce ministre. Il n’en savait cependant pas plus long sur le comte que sur son chapelain ; mais il se faisait une idée de l’un d’après l’importance qu’on accordait à l’autre. Il rentra chez lui tout