Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


WEISHAUPT ET L’ILLUMINISME


Extraits des Mémoires pour servir à L’histoire du Jacobinisme, par l’abbé Barruel. Hambourg, chez P. Fauche, 1803 :

«… C’est ici que je dois au public un compte spécial des ouvrages dont je tire mes preuves. Pour satisfaire à cette obligation, je vais donner la liste des principaux, avec une notice suffisante pour qu’on juge de leur authenticité.

« 1° La première de ces productions est le recueil intitulé : Partie des écrits originaux de la Secte Illuminée, découverts à Landshut, lors des recherches faites chez le ci-devant Conseiller de la Régente, sieur Zwach, les 11 et 12 octobre 1786, et imprimée par ordre de Son Altesse Électorale. Munich, chez Ant. François, Imprimeur de la Cour[1].

« 2° Le second est un supplément à ces Écrits originaux, contenant surtout ceux qui ont été trouvés lors de la visite faite encore au château de Sandersdorf, fameux repaire d’Illuminés, par ordre de Son Altesse Électorale. Munich, 1787.

« Dans ces deux volumes, se trouve réuni tout ce qui peut porter à l’évidence la conspiration la plus caractérisée… En tête du premier volume et sur le frontispice du second, se trouve un avertissement bien remarquable, donné par

  1. Weishaupt et ses adeptes furent condamnés à Munich quelques années avant la Révolution française, et c’est dans les pièces mêmes de leurs procès que Barruel a puisé ses preuves.