Ouvrir le menu principal

Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DOCUMENTS


BULLE D’EXCOMMUNICATION
DU PAPE CLÉMENT XII[1]
CONTRE LES FRANCS-MAÇONS


« La divine Providence nous ayant placé, malgré notre indignité, dans la chaire la plus élevée de l’apostolat, pour y veiller sans cesse à la sûreté du troupeau qui nous est confié, nous avons donné tous nos soins, autant que le secours d’en haut nous l’a permis, et toute notre application, à opposer au vice et à l’erreur une barrière qui en arrête le progrès, à conserver spécialement l’intégrité de la religion orthodoxe, et à éloigner des fidèles, dans ces temps difficiles, tout ce qui pourrait être pour eux une occasion de trouble.

« Nous avons appris, et le bruit public ne nous a pas permis d’en douter, qu’il s’était formé une certaine société assemblée ou association, sous le nom de francs-maçons ou liberi muratori, ou sous une appellation équivalente suivant la diversité des langues, dans laquelle sont admises indifféremment des personnes de toute religion et de toute secte, qui, sous les dehors affectés d’une probité naturelle qu’on exige et dont on se contente, se sont établi certaines lois, certains statuts

  1. Cité par M. Henri d’Alméras, dans Cagliostro