Ouvrir le menu principal

Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
ET LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

bien de voix la mort était-elle officiellement votée ? À une voix de majorité ! La majorité absolue était de trois cent soixante et une voix, et le vote pour la mort réunissait trois cent soixante et une voix !… La Convention, en réalité, l’avait donc bien elle-même repoussée, et par treize voix de majorité, mais n’osait pas plus protester contre une condamnation non prononcée que la Législative n’avait osé réclamer contre un emprisonnement non voté.. Et ainsi, de même que l’ordre de cesser le feu est apporté sans avoir jamais été donné, de même que l’emprisonnement est décidé par un pouvoir qui n’a jamais été la Législative, et contrairement au vote de la Législative, la mort est également décidée par un pouvoir qui n’a jamais été la Convention, et contrairement au vote de la Convention ! Et quel est ce pouvoir ? Un membre de la Commune insurrectionnelle elle-même va nous le dire, le municipal Goret, qui déclare en toutes lettres dans une relation écrite : « Qui avait fait prendre toutes ces précautions ? Je l’ignore,