Ouvrir le menu principal

Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
LA FRANC-MAÇONNERIE

quels les bandes des massacreurs envahissent le château de Versailles pour y tuer le Roi et la Reine : « Soyez tranquille, tout ira bien[1]. »

Et il s’agit, en effet, de tuer le Roi, tout a toujours été là. Mais le meurtre du Roi n’est pas encore facile, il est encore trop défendu par l’air et la terre mêmes du royaume. Néanmoins, on y arrivera, c’est une question d’entraînement, et les Loges s’en chargent. Elles ont toujours tout réglé, dès 1789, depuis ce 17 juillet où Louis XVI, à son arrivée à l’Hôtel de ville, avait déjà vu un bataillon former au-dessus de sa tête ce que le rituel maçonnique appelle la Voûte d’acier, et elles régleront tout, jusqu’à l’exécution, qui sera encore elle-même la réalisation d’un autre rite ! Elles font ainsi les 5 et 6 octobre, où le Roi échappe, puis le 20 juin, où il échappe encore, puis le 10 août, où il n’échappe plus, mais où il s’en faut de peu ! Il s’en faut même de si peu que la

  1. Barruel, Mémoires, t. V, p. 125 et 126.