Ouvrir le menu principal

Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
50
LA FRANC-MAÇONNERIE

que tout le monde était convaincu que sa première opération serait la banqueroute… Il désigna ensuite l’intendant de Paris, Bertier. « Il n’y a qu’un cri, dit-il, contre les intendants : ils pourraient mettre de grandes entraves à la Révolution dans les provinces. M. Bertier est généralement détesté ; on ne peut pas empêcher qu’il soit massacré : son sort intimidera ses confrères, ils seront souples comme des gants… » Le duc de la Rochefoucauld fut très frappé des réflexions d’Adrien Duport, et finit, comme tous les autres membres du Comité, par adopter le plan et les moyens d’exécution qu’il proposait. Des instructions conformes à ce plan furent données aux principaux agents du Département des Insurrections, qui était déjà organisé[1]… » Or, précisément quelques jours après, on incendiait les barrières de Paris, on prenait la Bastille, on massacrait de Launay, on massacrait Flesselle, on massacrait Foullon, on massacrait Ber-

  1. Bertrand de Molleville, Histoire de la Révolution, t. IV.