Ouvrir le menu principal

Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.
40
LA FRANC-MAÇONNERIE

deux villes déjà fédérées en Loges. Le Club tenait-il vraiment, par une intention mystérieuse, à s’appeler le Club des Jacobins, et choisissait-il, à cet effet, l’ancien couvent des Jacobins, parce que les premiers francs-maçons de France avait été des jacobites ? Ce n’est peut-être là, encore une fois, qu’une coïncidence, mais la coïncidence existe : Jacobites, Jacobins. Quant aux statuts, aux règlements, aux usages, comme à certaines particularités de vocabulaire, le Club des Jacobins reproduit rigoureusement la Franc-Maçonnerie. C’est le même mode d’admission, la même organisation intérieure, les mêmes ramifications extérieures, les mêmes engagements imposés et pris, le même système mécanique de transmission d’ordres et de mots d’ordre. Dans certains cas, on l’a vu, la Maçonnerie vous déclarait suspect, et ce terrible mot de suspect, sous la Révolution, partira des Jacobins. Un autre usage des Loges, nous l’avons déjà vu aussi, était de déclarer la Maçonnerie en danger, et les Jacobins y déclareront la