Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CHANT ROYAL DE LA MANSUÉTUDE
ECCLÉSIASTIQUE


Ecclesia abhorret a sanguine



Afin que mieux soit sa bonté connue,
Je veux, Seigneur, sur un rythme ancien,
Chanter l’Épouse, à ton cœur, bien venue
Que, pour le carme et le sulpicien,
Nabi Schlêmô, paillard magicien
Prophétisa dans les points et cédille
De son Cantique. Elle est douce, godille
Comme un beau lys par l’aube caressé ;
Onque le sang ne rougit sa mandille :
La Sainte Église abhorre au sang versé.