Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Leurs museaux d’ichneumon, de pieuvre, de tarasque
Bâillent : ainsi le trou punais de l’Achéron.
Voici les dents d’émail sur le chichot marron !
Et les robes couleur d’enfants, rose ou citron :
Car ces dames, ayant braguettes soulagées,
De fastueux chichis pavoisent leur giron :
Los aux vieilles putains d’ans et d’honneurs chargées !

En faveur des meschins pauvres et résolus,
Leur générosité vénérienne casque.
Ignorant, comme il sied, Malle-Brun ou Reclus,
Le muletier avec force auvergnats poilus
Affronte de grand cœur ces palus et ces glus
Fétides, nonobstant les huiles bergamasques.
(Est-il bardeau, mulet, viédaze, aliboron,
Pour oser en tel lieu risquer un paturon ?)
Elles défaillent avec les cris de Baron
Au seul aspect des génitoires insurgées,
Et monsieur Deschanel à les servir est prompt :
Los aux vieilles putains d’ans et d’honneurs chargées !