Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





BALLADE

POUR EXALTER LES DOYENNES DU PERSIL

« Viennent les marguilliers pervers,
« Les bedeaux porteurs de cautères.
« Les gros messieurs chargés d’hivers !
« Je couronnerai d’œnothères,
« De lilas et de myrthes verts
« Toute la chambre des notaires ! »
L. T.



Leurs mamelles où nos bisaïeux se sont plu
Ballotent, à présent, de manière fantasque.
Le henné rouge sur leurs crânes vermoulus,
Leurs crânes pareils à des ris de veau boullus,
Imprime tels magmas qu’on ne rincera plus.