Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il enviait, au temps de sa jeunesse,
Les margotons et ceux qui font avec.
Son estomac, qu’emplit le lait d’ânesse.
Dégobillait cervoise et jérez sec.
Vénus lui fut généreusé en échec.
N’ombra jamais sa lèvre ni sa joue
Le poil follet dont Musette s’engoue.
Mais la Boulange, emmi ses claquedents,
Le vit monter « en esquivant la roue » :
C’est un requin avec de fausses dents.

Les électeurs, de Port-Vendre à Gonesse,
Fidèlement reconduisent son breack.
Lourdauds impurs ! Faut-il qu’on méconnaisse
Goethe et Morny panachés de Gobseck,
Barrès enfin, tribun, dandie ou mec.
Son avaloire, où le chicot se joue,
Laisse filtrer une adorable moue,
Et, comme il fut nanti d’instincts prudents.
Au milieu des Ramollots, il s’ébroue :
C’est un requin avec de fausses dents.