Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Après avoir besogné sa prière,
Boisdeffre, comme un abcès trop mûri,
S’est répandu chez la gent huitrière
Des sacristains patriotes. Un cri
D’amour : « Voici le colonel Henry ! »
Est-ce Roland, sir Pandarus de Troie,
Ou Maugiron en armure de soie,
Qui de tranchant et d’estoc fait rampo ?
Tels champions se peut-il que l’on voie ?
L’honneur fleurit à l’ombre du Drapeau.

Le torse nu, portant sous-ventrière
Et maints agnus vantés par G. Méry,
Comme il est beau de rage meurtrière !
Morts du Tonkin et morts de Satory,
Vos officiers (tel Ubu, chez Jarry)
Prennent le sabre et la dague où se noie
Le sang des cœurs, l’atrabile du foie,
Hélas ! Picquart, en lui piquant la peau,
Du sieur Henry le cubital foudroie !
L’honneur fleurit à l’ombre du Drapeau.