Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais, hélas ! pour charmer l’ennui des heures flasques,
Je ne reverrai plus Barrès pareil aux masques,
D’un Talleyrand dentiste ou d’un Guizot portier.

Et nous pleurons, moi la Déesse et lui la peste,
Devant le noir Destin qui ne fait nul quartier,
Les deux cent mille francs que lui coûta sa veste !