Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Palpitant des viols subis avec ivresse,
Il imbibe les régiments de sa caresse,
Donne aux tringlots des noms de princes fabuleux.

Son cœur est grand ouvert à leurs jeux délétères,
Patriote comme chausson ! — Les cordons bleus
Et les vieilles putains aiment les militaires.