Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
124
A TRAVERS LES GROUINS

dirigé, abattait son vol de flamme sur le toit néo-pignouf de la crèche où Rameau ne cessait de braire des cantiques.

Les Mages entrèrent, annoncés par Joseph et conduits par Arthur, chambellan de toutes les Majestés, profès en belles manières, pilote ancien de Blanche d’Antigny et Palinure habituel sur les trirèmes du désert. Et les rois saluèrent l’Enfant Dieu qu’ils reconnurent de suite pour l’avoir fréquenté dans leurs églises, dans leurs pays respectifs. Melchior, roi nègre, de la nuance Jean Aicard, le prit ingénument pour Horus sur les genoux d’Isis : Balthazar, le jaune touranien, crut revoir Ninus bercé par la grande Sémiramis, tandis que Gaspard, curieux bouddhiste, saluait à la fois, dans cet enfant, les parthénogenèses de Krischna et de Çakia-Mouni.

Seigneur, dit Melchior, en déposant un couffin de résine aux pieds du Nouveau-Né, je t’apporte l’encens agréable aux narines des dieux. L’idole Mama-Jumbo, tous les fétiches, tous les grisgris se résument en toi. Nous faisons cuire dans l’eau bouillante nos prisonniers de guerre, nous offrons le sang des beaux jeunes hommes aux larves des aïeux. Tu syncrétises l’ignominie dévote : nos cultes