Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Aux pieds douteux comme un vers de Pour la Couronne,
Car je suis le passant bénin, que n’environne
Aucun rayon, aucun éclair, aucun soleil.
Mes articles me font aux concierges pareil.
Aussi, dès que revient la date fatidique
Où la junte des mannezingues se syndique
Pour imbiber de furfurol le populo,
Je hisse à mon balcon, — ainsi qu’au bord de l’eau
Quelque tremble où le soir ému se décolore.

Un étendard fait de flanelle tricolore