Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quelque parfum agreste,
La sueur et le reste,
Diversifie au loin
L’odeur du foin.

La poussière assaisonne
Les macarons. Foisonne
La mouche des cacas,
Sur le lilas.

Plaisir combien champêtre !
Et qui ne voudrait paître
Ces repas digestifs,
Sur les fortiffs !

L’Himalaya dégoûte
Les humbles. Somme toute,
Tu vaux mieux que le Nil,
Lac Dauménil.