Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Donne-moi la force de rendre mon amour abondant en services.

Donne-moi la force de ne jamais désavouer le pauvre ni plier le genou devant le pouvoir insolent.

Donne-moi la force d’élever mon esprit loin au-dessus des futilités quotidiennes.

Et donne-moi la force de soumettre ma force à ta volonté avec amour.


XXXVII


Je croyais que mon voyage touchait à sa fin, ayant atteint l’extrême limite de mon pouvoir, — que le sentier devant moi s’arrêtait, que mes provisions étaient