Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXX


Je suis sorti tout seul pour aller à ce rendez-vous. Mais qui donc est celui qui me suit dans l’obscurité silencieuse ?

Je m’écarte pour éviter sa présence, mais je ne lui échappe pas.

Il fait se soulever la poussière avec ses fanfaronnades. Il double de sa voix bruyante chaque parole que je dis.

Il est mon propre moi misérable, ô Seigneur ! Il ne connaît aucune honte ; mais j’ai honte de venir à ta porte en sa compagnie.