Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.


échappe toujours, car j’attends seulement l’amour pour me renoncer moi-même entre ses mains.

Les autres me blâment et m’appellent négligent ; je ne doute pas qu’ils n’aient raison dans leur blâme.

Le jour du marché est passé et tout le travail des affaires est terminé ; ceux qui me réclamèrent en vain s’en sont retournés en colère. J’attends seulement l’amour pour me renoncer enfin moi-même entre ses mains.


XVIII


Les nuages s'entassent sur les nuages ; il fait sombre. Amour ! ah pourquoi me