Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’était ma part à cette fête, de jouer de mon instrument, et j’ai fait tout ce que j’ai pu.

Maintenant, je le demande, le temps est-il venu enfin, où je puisse entrer, voir ta face et t’offrir ma salutation silencieuse ?


XVII


J’attends seulement l’amour pour me renoncer moi-même entre ses mains. C’est pourquoi il est si tard, c’est pourquoi je me suis rendu coupable de telles omissions.

Ils viennent avec leurs lois et leurs codes pour m’attacher ; mais moi je leur