Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/177

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tients vers les nids qu’ils ont laissés dans la montagne, que ma vie, ô mon Dieu, s’essore toute vers son gîte éternel dans une suprême salutation.


FIN