Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/160

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LXXXIX


Plus de paroles bruyantes, plus de mots à voix haute — ainsi le veut mon Maître. À des chuchotements j’aurai recours. Le parler de mon cœur désormais va se poursuivre dans les murmures d’un chant.

Les hommes s’empressent vers le marché du Roi. Tous les vendeurs et tous les acheteurs sont là. Quant à moi, j’ai mon congé dans le milieu du jour, inopportunément, au gros du travail.

Que donc les fleurs éclosent dans mon jardin, bien que ce ne soit point leur heure, et que l’abeille de midi occupe l’air de son assoupissant bourdonnement !