Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/155

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et les flèches tombèrent sur eux dru comme grêle, le jour qu’ils sortirent du palais du Maître.

Quand les guerriers rentrèrent dans le palais du Maître, où cachèrent-ils leur puissance ?

Ils avaient abandonné le glaive, abandonné l’arc et la flèche ; la paix était sur leur front. Ils avaient laissé les fruits de leur vie derrière eux, le jour qu’ils rentrèrent dans le palais du Maître.


LXXXVI


Mort, ta servante, est à ma porte. Elle a franchi la mer inconnue ; elle m’apporte ton appel.