Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/147

Cette page a été validée par deux contributeurs.


entre elles : « Vaine est cette recherche ! Une perfection ininterrompue est partout ! »


LXXIX


Si ce n’est pas mon lot de te rencontrer dans cette vie, que du moins jamais je ne perde le regret de ne point t’avoir vu — que pas un instant je n’oublie, et que dans le rêve ou la veille j’emporte la torture de ce chagrin.

Tandis que s’écoulent mes jours parmi la foule mercantile et que mes mains s’emplissent des bénéfices quotidiens, que toujours je sente que je n’ai rien gagné — que pas un instant je n’oublie, et que dans le rêve ou la veille j’emporte la torture de ce chagrin.