Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/145

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tiens pas, prêt à te presser sur mon cœur, et à te prendre pour camarade.

Tu es le Frère parmi mes frères, mais je ne me soucie point d’eux ; je ne répartis pas entre eux mes profits, partageant ainsi mon tout avec toi.

Dans le plaisir et dans la peine, je ne me tiens pas près des hommes, ainsi restant à ton côté. J’hésite à renoncer ma vie, et c’est ainsi que je me plonge dans les eaux vastes de la vie.


LXXVIII


Quand la création était neuve et que les étoiles brillaient toutes dans leur première splendeur, les dieux tinrent