Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/137

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pouvoir puisse rien retenir, toutes les choses se précipitent.

Emboîtant le pas au rythme de cette musique inlassée, chaque saison accourt en dansant, puis passe outre — couleurs, tons et parfums déversent d’infinies cascades dans cette surabondante joie qui s’éparpille et se renonce et meurt à tout moment.


LXXI


Que j’aie dû foisonner beaucoup et me retourner en tous sens, projetant ainsi des ombres bigarrées sur ta splendeur — telle est ta maya.

Tu poses une barrière à même ton