Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/113

Cette page a été validée par deux contributeurs.


glaive est avec moi pour trancher mes liens, et pour moi nulle peur ne saurait plus être en ce monde.

Désormais, je renonce à tout attifement futile. Roi de mon cœur, je ne connaîtrai plus l’attente et ni le pleurer à l’écart ; plus la réserve et les douces manières. Tu m’as donné ton glaive pour parure. Qu’ai-je affaire à présent avec les attifements de poupée !


LIII


Ravissant est ton bracelet gemmé d’étoiles et où des myriades de joyaux diaprés sont sertis. Mais, pour moi, plus ravissant encore est ton glaive, avec sa