Ouvrir le menu principal

Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/106

Cette page a été validée par deux contributeurs.


êtes descendu et vous êtes tenu devant la porte de ma hutte.


L


J’étais allé, mendiant de porte en porte, sur le chemin du village lorsque ton chariot d’or apparut au loin pareil à un rêve splendide et j’admirais quel était ce Roi de tous les rois !

Mes espoirs s’exaltèrent et je pensais : c’en est fini des mauvais jours, et déjà je me tenais prêt, dans l’attente d’aumônes spontanées et de richesses éparpillées partout dans la poussière.

Le chariot s’arrêta là où je me tenais. Ton regard tomba sur moi et tu descen-