Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/105

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XLIX


Du haut de votre trône vous êtes descendu et vous êtes tenu devant la porte de ma hutte.

Je chantais tout seul dans un coin et la mélodie surprit votre oreille. Vous êtes descendu et vous êtes tenu devant la porte de ma hutte.

Nombreux sont les virtuoses dans votre palais et des chants sont chantés à toute heure. Mais l’hymne simple de ce novice a frappé votre amour. Une plaintive petite cadence s’est mêlée à toute la grande musique du monde, et, avec une fleur pour récompense, vous