Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DERNIÈRES VACANCES


 
Heureux l’enfant qui meurt dans sa septième année
Avant l’âge où le cœur doit saigner pour jouir ;
Qui meurt de défaillance, en regardant bleuir
Sous les orangers d’or la Méditerranée !

On ne tient plus son âme aux leçons enchaînée,
Et, libre de s’éteindre, il croit s’épanouir.
Plus de maîtres ! c’est lui qui se fait obéir,
Et sa mère est pour lui comme une sœur aînée.

Par sa faiblesse même il fait céder les forts ;
Il prend ce qu’il désire avant qu’on le lui donne,
Et sa pâleur l’absout avant qu’on lui pardonne.

Indocile et choyé, paresseux sans remords,
C’est en suivant des yeux la fuite d’un navire
Qu’un soir, pendant qu’il rêve un voyage, il expire.