Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE VENT


 
Il fait grand vent, le ciel roule de grosses voix,
Des géants de vapeur y semblent se poursuivre,
Les feuilles mortes fuient avec un bruit de cuivre,
On ne sait quel troupeau hurle à travers les bois

Et je ferme les yeux et j’écoute. Or je crois
Ouïr l’âpre combat qui nuit et jour, se livre :
Cris de ceux qu’on enchaîne et de ceux qu’on délivre,
Rumeur de liberté, son du bronze des rois…

Mais je laisse aujourd’hui le grand vent de l’histoire
Secouer l’écheveau confus de ma mémoire
Sans qu’il éveille en moi des regrets ni des vœux,

Comme je laisse errer cette vaine tempête
Qui passe furieuse en flagellant ma tête
Et ne peut, rien sur moi qu’agiter mes cheveux.