Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA CONFESSION


 
Un de mes grands péchés me suivait pas à pas,
Se plaignant de vieillir dans un lâche mystère ;
Sous la dent du remords il ne se pouvait taire,
Et parlait haut tout-seul quand je n’y veillais pas.

Voulant du lourd secret dont je me sentais las
Me soulager au sein d’un bon dépositaire,
J’ai, pour trouver la nuit, fait un trou dans la terre,
Et là j’ai confessé ma faute à Dieu, tout bas.

Heureux le meurtrier qu’absout la main d’un prêtre :
Il ne voit plus le sang épongé reparaître
A l’heure ténébreuse où le coup fut donné !

J’ai dit un moindre crime à l’oreille divine ;
Où je l’ai dit, la terre a fait croître une épine,
Et je n’ai jamais su si j’étais pardonné.